Angolmois - T 5

Angolmois T 5
Grâce à une tactique consistant à utiliser le terrain à leur avantage, l'armée de Tsushima parvient à repousser les Mongols. Malheureusement, Yajirô se fait tuer par une nouvelle arme mongole du douzième siècle, un canon ! Jinzaburô, l'esprit torturé par la diminution des troupes, finit par s'allier avec les Purificateurs, les descendants des gardiens. Assistez à une bataille épique qui s'est transmise depuis les temps anciens !

Avis

Ce 5e tome d’Angolmois est toujours aussi intéressant à lire comme les tomes précédents. Par contre, ayant vu l'animé, je n'ai pas du tout été surprise du déroulé des événements vu qu’il est fidèle au manga. Après la difficile bataille du tome 4, ce volume nous offre un peu de répit mais cela risque de ne pas durer…

Jinzaburô rencontre l'Empereur Antoku qui lui raconte l’histoire de son sabre. Grâce à lui, les habitants de la capitale et de Sasu vont pouvoir trouver un lieu d’asile. Jinzaburô va devoir s’allier aux Purificateurs de Hangan Nagamine pour lutter contre l’invasion mongole. Y parviendront-ils ?

L’histoire évolue bien, les Purificateurs prennent un peu plus d’importance mais nous voyons bien qu’il y a néanmoins de la méfiance entre les membres du groupe de Jinzaburô et ceux de Hangan. Heureusement, Sana et Amushi, deux enfants de chaque camp, sympathisent assez vite même s’ils se lancent quelques répliques bien acérées entre eux. Parviendront-ils à s’entendre afin de faire face aux envahisseurs ? L'ennemi ne serait-il plus proche qu'ils ne le pensent ?

Comme dans les tomes précédents, nous avons des références historiques et des lieux symboliques nous sont également présentés comme le château de Kaneda avec ses remparts. Alors qu’il semble imprenable, ce n’est pas du tout ce que pense Jinzaburô qui comprend immédiatement les failles de la forteresse qui est beaucoup trop grande à protéger. Il faut rapidement revoir sa défense. N'est-il pas déjà trop tard ? 

Les personnages sont toujours aussi charismatiques et sont bien maîtrisés. Chacun a de la personnalité.

Graphiquement, le style est détaillé et fin. Les visages sont expressifs. C’est bien rythmé. Le découpage des planches est efficace.

L’édition est de qualité avec la belle dorure sur le titre.

Si vous aimez les seinen historiques et les batailles, n'hésitez pas à vous lancer dans cette série qui vous plonge bien au cœur de l’invasion mongole.

Note : 4/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 24 octobre 2020.

Editeur

meian

Merci aux Editions Meian pour cette lecture en service presse.