Baltzar - T 4

Baltzar 4

Baltzar refuse la proposition du prince August et parvient à le convaincre de demander une alliance militaire avec Weißen.
En chemin vers l’endroit secret où l’entrevue avec le chef d’État-Major aura lieu, ils rencontrent avec surprise Liebknecht à bord de leur train.
Ce dernier souhaite persuader les parlementaires du Baselland que l’armée de Weißen a d’autres priorités à gérer, notamment avec leur occupation du Norden-Trade qui n’est pas du goût de leurs pays voisins…

Avis

Quel tome encore une fois passionnant de Baltzar qui est riche en rebondissements, la tension s’intensifie au fil des pages pour atteindre son paroxysme dans les dernières pages !  

A la fin du tome précédent, Reiner August Binkelfeld, le second Prince du Baselland, avait demandé l’aide de Baltzar en tant qu’homme et non en tant qu’officier de Weißen. Le Prince souhaite détrôner son frère Franz pour prendre le pouvoir. Bien que la proposition soit alléchante, Baltzar persuade Reiner de demander une entrevue secrète avec l’Etat-Major de Weißen pour mettre en place une alliance entre les deux pays. Evidemment, cela ne va pas se passer comme il l’espérait. Non seulement son ancien ami Rudolf Von Liebknecht continue d’agir dans l’ombre mais les actions d’expansion du royaume de Weißen ne sont évidemment pas bien perçues par les pays frontaliers. Le jeu des alliances se met peu à peu en place ayant pour conséquence le déclenchement d’une guerre…

Si les premières pages sont relativement calmes avec l’entrevue du second Prince du Baselland et l’Etat-Major de Weißen, nous avons plusieurs signes annonçant peu à peu le déclenchement d’événements qui risquent d’avoir d’importantes répercussions sur le plan diplomatique. Rudolf continue de manigancer pour mettre le feu dans toute une région puisque la flotte de Holbaek s’apprête à envahir les rives du Norden-trade. Heureusement, un régiment de « volontaires » de l’Ecole militaire du Basseland dirigé par Baltzar et Reiner est envoyé dans cette zone… Quel rôle auront-ils à jouer ?  

Les personnages sont charismatiques et les six cadets de l’école militaire sont toujours aussi attachants. Cette fois, ils vont devoir montrer leur détermination et leur capacité sur le terrain mais les jeunes élèves-officiers parviendront-ils à se faire respecter de leurs hommes qui sont évidemment plus aguerris qu’eux ? Paul Breitner, un cadet d’artillerie de 2e année, est bien mis en avant, nous découvrons son origine familiale et son « plan de carrière » qu’il imagine très loin de la guerre mais évidemment cela ne va pas se dérouler comme il l’avait prévu… C’est amusant de voir que malgré son jeune âge il a bien réfléchi à son avenir « paisible » mais cela, c’était avant qu’il se retrouve parmi les (désignés) « volontaires » de l’Ecole militaire… Nous voyons que Baltzar a bien conscience du talent de ses six élèves et il les encourage pour qu’ils aillent loin dans leur carrière. Evidemment, ce régiment issu de l’alliance entre Weißen et le Basseland ne sera à priori pas en danger car il doit se rendre loin du front dans un village du Norden-trade mais seront-ils réellement en sécurité ? L’ambiance s’assombrit, la situation se complique et s’intensifie…

L’histoire est captivante à suivre, nous voyons bien que le mangaka Nakajima Michitsune s’est bien renseigné sur l’époque du XIXe siècle en Europe. Non seulement le chara-design des personnages et leurs uniformes rappellent les militaires de l’époque (comme ceux de la Prusse avec les casques à pointes) mais nous retrouvons aussi des scènes de la vie sociétale du XIXe siècle avec le début de l’hygiénisme pour la lutte contre les maladies vénériennes qui se développaient très rapidement auprès des soldats fréquentant les prostituées comme nous le constatons dans le bonus à la fin du tome.

La thématique de la guerre est bien traitée et ne se limite pas aux scènes de guerres. Nous découvrons également les « coulisses » avec la formation des élèves-officiers, les entrevues secrètes des Etats-Majors pour mettre en place des alliances, les dirigeants qui décident de jouer avec la vie de leur population tout en restant à l'abri très loin du front, l’importance de l’opinion publique sur la guerre et la diplomatie, l’évolution des techniques médicales (importance de l'hygiène pour éviter les épidémies) et militaires (avec de nouvelles armes comme la mitrailleuse).

Le découpage des planches est efficace et l'histoire est bien rythmée. Graphiquement c'est absolument magnifique, il y a beaucoup de soins apportés dans des détails (décors, uniformes, armes...). 


Baltzar est une de mes séries coup cœur de l’éditeur Meian, j’attends toujours la suite avec impatience.

N'hésitez pas à découvrir cette série surtout si vous aimez les seinen historiques et l'action !

Note : 4.5/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 6 mars 2020.

Editeur

meian

Merci aux Editions Meian pour cette lecture en service presse.