Elin, la charmeuse de bêtes - T 4

Elin - T 4

Elin est entrée à l’école Kazalumu et commence à s’habituer à sa vie d’apprenti soigneur. Elle y rencontre un bébé ôjû prénommé Lilan. La pauvre bête traumatisée d’avoir été arrachée à sa mère a également eu l’épaule transpercée par une flèche et ne s’alimente plus depuis un mois. Bouleversée, la jeune fille convainc alors Esalu, la directrice de l’école, de lui laisser la permission de s’occuper du petit ôjû. Sa volonté lui permettra-t-elle de sauver Lilan ?

Avis

Une belle lecture avec ce quatrième tome d’Elin, la charmeuse de bêtes que j’ai lu en numérique sur Izneo que je remercie.

Ce tome est entièrement centré sur Elin et sur un bébé ôju, Lilan.

Dès la couverture nous voyons l’émerveillement d’Elin pour une créature ôju. Elle a déjà eu la chance d’en voir à l’état sauvage et à l’école, elle a la possibilité d’en observer en captivité et elle remarque immédiatement une différence dans leur pelage. La directrice lui confie la tâche de s’occuper d’un bébé ôju. Elin a beaucoup insisté pour le faire en ayant de bons arguments. La jeune fille voit des similitudes avec le contrôle des Tôda notamment avec le sifflet silencieux. Elle se souvient également de sa mère qui soignait les Tôda puisque la petite fille accompagnait toujours sa mère. Elin se sent proche de ce bébé ôju qui a été arraché à sa mère et blessé. Depuis qu’il est en captivité, il refuse de s’alimenter et il se blesse volontairement. Elin saura-t-elle se rapprocher de cette petite créature ? Celle-ci pourra-t-elle être sauvée ? Retrouvera-t-elle la lumière du soleil ? Elin trouvera-t-elle un moyen de communiquer avec Lilan ? Je vous laisse le découvrir en lisant ce tome !

Les personnages sont toujours aussi intéressants. Elin a bien grandi, cela fait déjà six mois qu’elle a rejoint l’école Kazalumu et commencé son travail d’apprenti soigneur. Elle s’investit pleinement dans sa tâche et ne rechigne pas aux basses besognes pour s’occuper des animaux. La directrice a immédiatement remarqué les qualités d’Elin, elle lui expliquera d’ailleurs les dimensions politiques du pays avec les tensions entre les habitants du territoire de Yojeh et ceux d’Arhan. Cela permet de faire le lien avec les passages plus "politiques" des tomes précédents. Elin ignorait complètement cette situation difficile. Un nouveau personnage, Tamura, apparaît. Il s’occupait lui-même du petit Lilan avant qu’il soit confié aux soins d’Elin. Au début, il n’apprécie pas d’avoir été écarté car il s’est beaucoup attaché au petit ôju. Mais il n’est pas parvenu à le faire manger. Peu à peu, il est de plus en plus impressionné par l’efficacité et l’ingéniosité d’Elin. Elle se met elle-même à la place de Lilan puisqu’ils ont subi le même traumatisme, celui de perdre leur mère beaucoup trop tôt et ressent donc toute la souffrance du bébé ôju.

L’histoire est toujours aussi intéressante à lire, nous voyons les personnages évoluer et nous apprenons également quelques petits points scientifiques sur la vie animale. Certaines scènes sont vraiment touchantes.

Graphiquement, c’est joli, les traits des personnages, les créatures ôju et les décors sont soignés. Les planches sont bien découpées et nous proposent de jolies scènes. Difficile de rester insensible face au petit Lilan qui est vraiment mignon.

Ce shonen m’a conquise et je vous invite à le découvrir si ce n’est pas déjà fait. Le manga est terminé en 11 tomes, l’histoire ne traînera pas en longueur.

J’attends la suite avec impatience !

Note : 4/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 27 juillet 2019.

Editeur

Pika

En numérique

Izneo

Merci à Izneo pour cette lecture en service presse.