@Ellie - T 4

@Ellie - T 4

Eriko Ichimura est une lycéenne discrète que l’on ne remarque pas. Elle apprend à connaître le vrai visage de l’insolent Akira Ômi, le garçon le plus populaire du lycée, et en tombe amoureuse. De son côté, Ômi est secoué par l’énergie débordante de l’obsédée Ellie et, au fur et à mesure, il est attiré par elle. Ils finissent par sortir ensemble.

Cependant, pour protéger Ellie, Ômi prend une attitude froide et détachée. Les deux jeunes gens ont du mal à se comprendre. Mais, au tournoi de jeux de balles, ils s’avouent enfin les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

Avis

Encore une bonne lecture avec ce T 4 d’ @Ellie #jenaipasdepetitami grâce aux personnages rafraîchissants et à l’humour connecté d’Eriko. C’est amusant de lire ses tweets, elle a une imagination débordante et elle fait aussi quelques références à d’autres manga comme Doraemon avec la Porte Va Partout (J’avoues que je ne connais pas...) ou au film Le château dans le ciel (que j’ai vu il y a très longtemps mais je ne m’en souviens plus...). Heureusement qu’il y a des notes de l’éditeur pour expliquer ces clins d’œil sinon je passerai à côté des références.

Ômi est distant avec Eriko lorsqu’ils sont en public. Il veut absolument la protéger car des filles jalouses seraient malheureusement capables de la brimer si elles découvraient l’identité de la fille prise en photo dans ses bras. C’est ce qui s’est passé avec Sara dans le tome précédent. Ils doivent donc être prudents au lycée et se comporter en simples camarades. C’est horrible comme situation mais cela nous permet de voir Eriko fantasmer encore plus sur son petit ami. Le lycéen se montre protecteur envers elle mais il se torture quand même à se retenir comme cela. Lorsqu’ils ne sont que tous les deux, ils sont adorables et amoureux. J’espère qu’ils pourront bientôt s’afficher ensemble officiellement et non en cachette.

Les personnages sont attachants, c’est un plaisir de les voir évoluer. Nous suivons leurs vies quotidiennes au lycée avec notamment les cours de rattrapage mais aussi à l’extérieur avec un petit boulot pour des personnages et puis il y a aussi Noël... Les relations entre les personnages ne sont pas toujours faciles car ce n’est pas toujours évident de se comprendre. Des scènes sont parfois surprenantes mais elles sont adorables. Des personnages secondaires sont bien mis en avant comme Sara, la première amie d’Eriko, et Reo, l’ami d’enfance de Sara qui est pris pour un voyou alors que ce n’est pas le cas. Nous voyons qu’il est très amoureux de Sara mais cela semble être un amour à sens unique. Pourtant on comprend qu’elle tient beaucoup à lui, elle le connait par cœur, c’est peut-être pour cela qu’elle le repousse afin de ne pas voir bouleversée leur relation. J’ai hâte d’en apprendre plus sur eux, ils vont bien ensemble. Reo est quelqu’un de sincère et de gentil. Nous faisons également connaissance avec le cynique Kaname, il peut être blessant dans ses répliques mais en même temps j’ai adoré sa réaction face au prof de physique. Il fallait oser ! Il n’est sans doute pas aussi insensible qu’il le parait. En tout cas, cela promet pour la suite surtout qu’il s’amuse bien à suivre le twitter d’@Ellie, j’ai hâte de voir comment ils vont réagir s’ils découvrent l’un et l’autre qui se cachent derrière les pseudo twitter. Il m’intrigue beaucoup en tout cas.

L’humour est toujours très présent, que ce soit dans les tweets, les répliques, les expressions et réactions des personnages. Cela vous fera certainement rire et / ou sourire à plusieurs reprises. J’ai passé un très bon moment de détente.

Les graphismes sont très doux, le découpage est toujours aussi efficace et soigné. Les personnages sont mignons et rougissent encore beaucoup. Il y a de jolis moments de tendresse.

Je continue d’être conquise par ce shojo. J’attends la suite avec impatience surtout avec cette fin... et le teaser pour le T 5 est prometteur !

N’oubliez pas de suivre les fantasmes d’ @Ellie_crazylove sur son compte twitter.

Note : 4/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 25 mai 2019.

Editeur

Kana

Merci aux Editions Kana pour cette lecture en service presse.