Jormungand - T 4

Jormungand 4

Koko et son équipe vont en Afrique du Sud dans le but de rencontrer Minami Amada, une scientifique japonaise spécialiste en robotique. Celle-ci est chargée par Koko de travailler sur un mystérieux projet. Par ailleurs, Monsieur Chan, un vendeur d'armes chinois, a missionné Karen de kidnapper Minami dans le but de nuire à Koko.

Avis

Une lecture sympathique avec ce quatrième tome de Jormungand.

Nous avons la fin de l’histoire « African Golden Butterflies » qui se déroule en Afrique du Sud comme son titre l’indique. Koko et son équipe veulent rencontrer la spécialiste en robotique, Minami Amada, mais M. Chan s’intéresse aussi à la scientifique et envoie ses troupes pour l’enlever. Mais l’équipe de Koko est également sur place, l’affrontement est inévitable ! Quelle équipe parviendra à contacter la scientifique qui est passionnée par les papillons rares ?

La deuxième histoire « Mondo Grosso » en quatre chapitres se déroule en Angleterre. Nous voyons bien les coups fourrés qui s’organisent dans l’ombre autour de la vente d’armes. Une rivale entre en scène avec Amaria Trohovsky, une comédienne qui s’est reconvertie dans la vente grâce à la fortune de son défunt mari. La concurrence entre les deux marchandes d’armes sera rude, tous les coups sont permis pour s’emparer du marché des drones. Même si Koko n'a pas autant d'influence que sa rivale, elle n'a pas dit son dernier mot !

Comme toujours depuis le début de la série, nous avons beaucoup d’actions et de rebondissements. Parfois c'est un peu rapide au niveau des enjeux géopolitiques mais ce n'est pas le plus important. Nous avons également des scènes où les liens entre les personnages se resserrent notamment au travers de Lutz (qui est sur la jaquette) ou même de Jonah qui s’est bien inséré dans l’équipe de Koko. 

L’histoire est dynamique et se renouvelle régulièrement. Le personnage de l’agent Scarecrow m'intrigue beaucoup, aurait-il choisi son camp ?

Graphiquement, le découpage est efficace. L’ambiance reste sombre. Les visages sont expressifs. Les combats au début du tome sont bien mis en scène.

Côté édition, elle est de qualité. Les jaquettes de chaque tome mettent toujours à l’honneur Koko et un de ses compagnons.

Cette série continue de m'intriguer avec son univers autour des armes.

Note : 3.5/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 19 avril 2020.

Editeur

meian
Merci aux Editions Meian pour ce tome reçu en service presse.