Moriarty - T 3

Moriarty - T 3

Soupçonné du meurtre du comte Drebber, Sherlock Holmes a été arrêté et incarcéré par Scotland Yard. Afin de démasquer celui qui a manigancé ce piège, Sherlock Holmes prend l’enquête en main…
Avec l’entrée en scène du célèbre détective, décidé à faire la lumière sur les zones d’ombre de l’Empire britannique, l’ambitieux « projet » de William entre dans une nouvelle phase.

Avis

Encore une bonne lecture avec ce troisième tome. Nous pouvons globalement le scinder en deux parties.

La première fait référence à la nouvelle de Conan Doyle "Une étude en rouge", Sherlock est accusé du meurtre d’un noble et il doit prouver son innocence. Evidemment derrière cette machination, il y a le Comte de Moriarty qui commence à placer ses pions pour mettre en oeuvre son plan diabolique. Il y a de nombreux rebondissements et nous découvrons l’importance des enfants des bas-quartiers, les "Irregulars de Baker Street" qui servent d’informateurs à Sherlock.

Dans la seconde partie "les chiens de Baskerville", nous retrouvons Moriarty et ses acolytes. Des nobles kidnappent des enfants des rues pour les chasser comme gibiers en forêt. Moriarty ne peut pas laisser ces crimes impunis...
Cette partie comporte de nombreuses scènes difficiles et cela justifie d’ailleurs l’avertissement "Pour public averti" qui figure sur la jaquette. Cela fait froid dans le dos. Malgré cela, l’histoire est captivante et très bien rythmée.

Les personnages évoluent très bien, nous voyons peu à peu se mettre en place tous les pions de Moriarty et dans l’histoire "les chiens de Baskerville" nous découvrons également la détermination de son frère Louis et les scènes d’action avec Fred et le colonel Moran. Sherlock est surprenant, il me semble aussi dangereux que Moriarty, j’avais déjà ce sentiment avec la lecture du tome 2 et cela se confirme encore ici. Par moment, il est très proche de la folie, son comportement est souvent troublant. Il pourrait déraper facilement. Que ce soit par ses paroles, son regard ou ses actes, il y a pas mal de signes qui nous font craindre son basculement du côté obscur. Et pourtant, il reste mystérieux notamment avec la dernière scène... De son côté, Watson apporte un peu de légèreté à l’intrigue et il parvient à canaliser Sherlock, mais s’il est obligé d’arrêter son colocataire, il n’hésitera pas.

J’ai trouvé amusant les références à l’auteur des nouvelles de Sherlock Holmesavec le pseudonyme de Watson, la publication de l’ouvrage sur les enquêtes de Sherlock et la mise en scène avec son célèbre uniforme de détective (cape, casquette et pipe). Cela permet de faire redescendre la tension juste avant de nous plonger dans le drame...

Graphiquement, c’est très soigné, les personnages sont charismatiques et ils ont du charme que ce soit Moriarty, qui est toujours très élégant, ou Sherlock, avec son style décontracté et ses cheveux mi-longs attachés. Mais ils ont tous les deux des regards montrant la folie qui les rendent terrifiants par moment. Les scènes d’action sont bien rythmées, nous ne nous ennuyons pas un seul instant et nous arrivons trop vite à la fin !

Je suis conquise par cette adaptation originale des nouvelles et romans de Conan Doyle et même si j’avais peur que Sherlock prennent plus d’importance que Moriarty, je pense que désormais, il est clair que c’est Moriarty qui tire les ficelles du récit et il revient au premier plan. J’ai hâte de voir les prochaines confrontations entre ces deux génies même si je me demande lequel des deux va basculer le premier dans la folie, cela ne tient qu’à un fil...

J’espère que l’éditeur sortira aussi le light-novel "Yûkoku no Moriarty : "Hiiro" no Kenkyû", basé sur ce manga (croisons-les doigts !). En tout cas, j’ai de plus en plus envie de relire les romans d’origine que j’ai lu il y a très longtemps mais que j’avais adoré !

Note : 4/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 16 décembre 2018.

Editeur

Kana
Merci aux Editions Kana pour ce tome reçu en service presse.