Otaku Otaku - T 7

Otaku Otaku T 7

Le guide officiel de l'otaku amoureux.

Avis

Quel plaisir de lire ce T 7 d’Otaku Otaku. Cette lecture nous offre un excellent moment de détente ! Au moins, avec ce titre, nous sommes assurés d'avoir le sourire du début à la fin.

Les petites histoires s’enchainent et continuent de se renouveler à chaque tome. Même des scènes simples comme une absence de parapluie, des photos de famille retrouvées ou même un petit repas entre amis, permettent de faire évoluer doucement les relations entre les personnages surtout pour Kô et Nao. La fête d’Halloween et le nouvel An ont chacun leur petit chapitre.

Le côté tranquille d’Hirotaka est toujours amusant, c’est super de le voir compréhensif devant la passion otaku de Narumi même si parfois elle lui demande aussi de s’investir « corps et âme »... Kô évolue bien, elle s’ouvre aux autres malgré sa timidité, elle n’a pourtant pas l’habitude d’être en présence de personnes rayonnantes comme Nao ou Narumi. Nao est très attentionné envers elle et Hirotaka est content d’avoir une autre gameuse pour s’occuper de son petit frère qui n’est pas doué pour les jeux vidéo.

L’épisode 49 est divisé en trois parties, insérées entre les chapitres normaux. Il met à l’honneur Hanako et Tarô que nous voyons en couverture. Cela nous permet de découvrir une jolie scène du passé et la fin de cet épisode est riche en émotion. Ils sont adorables !

Par contre, côté romance, cela n'avance pas beaucoup pour Hirotaka et Narumi, ils ne montrent pas beaucoup leur amour... Heureusement que le couple Hanako / Tarô est plus expressif même s’ils se disputent régulièrement. Chacun s'interroge, doute, se demande si l'autre l'aime aussi fort réciproquement. Leur relation est réaliste et nous pouvons facilement nous identifier à eux.

Chaque interaction entre les personnages est drôle grâce à des petits détails graphiques ou des dialogues qui collent parfaitement à l’histoire. 

Les graphismes sont toujours aussi plaisants, les visages sont expressifs (sauf celui d’Hirotaka qui reste impassible en toute circonstance mais cela fait aussi son charme). Les avatars des personnages dans les jeux vidéo sont vraiment réussis dans le premier chapitre. Ils sont à la fois choupis et classes. Que ce soient les peluches kawaii, les pantoufles trop mignonnes ou la décoration de la chambre de Narumi avec ses posters et figurines, cela ne peut qu’attirer l’attention du lecteur et le faire sourire.

L’édition est de qualité. Le premier chapitre est entièrement en couleur. J’adore lire les petits commentaires en bas de chaque page, cela correspond bien aux planches. Par contre, c'est toujours trop court... seulement 128 pages.

C’est une excellente série à découvrir que vous soyez otaku ou non !

L'attente va être très longue avant de pouvoir lire le T 8 surtout avec une telle fin...

Note : 4/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 14 mai 2020.

Editeur

Kana

Merci aux Editions Kana pour cette lecture en service presse.