Seraph of the end - Glenn Ichinose - T 4

Seraph of the end Glenn Ichinose T 4

Glenn a ramassé une arme maudite offerte par Mahiru afin de vaincre une chimère modifiée à l’aide du matériel génétique des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse. La puissance fabuleuse octroyée par le démon qui dévore le corps de Glenn lui a permis de sauver ses amis. Après cela, Mahiru s’est une nouvelle fois volatilisée. Trois mois plus tard, Glenn sent que son corps évolue anormalement. Dans l’espoir de retrouver la piste de Mahiru, il se rend, au mépris du danger, à une rencontre secrète avec l’organisation ennemie, la secte des Cent Nuits…

Avis

Etant déjà fan de la série et ayant lu les sept romans Seraph of the End - Glenn Ichinose la catastrophe de ses 16 ans (Mes avis sur les tomes du roman sont en ligne, je vous invite à les lire), c'est avec plaisir que j'ai lu ce tome 4 qui adapte plus de la moitié du roman 3 (jusqu'à la page 159 du roman). Nous retrouvons d'ailleurs bien les différents dialogues entre les personnages. Je n'ai par conséquent pas été surprise par le déroulement des événements mais c'est toujours aussi passionnant. Sachant ce qui se passe après, j'ai hâte de lire la suite !

Au début du tome, nous avons un interlude qui permet d'en apprendre davantage sur Shinya, nous découvrons ainsi son enfance, son entrainement pour devenir le fiancé de Mahiru Hiiragi, sa première rencontre avec elle ainsi que celle avec Glenn à l'académie. Nous comprenons ses sentiments, c'est triste car sa famille l'a "vendu" pour l'honneur, il a dû apprendre à tuer à un très jeune âge pour éliminer la concurrence. A la fin de sa formation, il ne devait rester qu'un seul garçon. Il a donc perdu peu à peu ses émotions mais finalement sa rencontre avec Mahiru et Glenn va changer sa vie. Son lien d'amitié et de confiance envers Glenn sera très fort ultérieurement mais pour l'instant c'est encore loin d'être une réalité... Notre beau brun ténébreux, Glenn, a encore du mal à accepter d'avoir des amis mais dans ce tome il commence enfin à comprendre que leur destin semble lié. Que ce soit Shinya ou Glenn, aucun des deux n'a eu de réelle enfance, ils ont plusieurs points communs d'une certaine façon. 

L'histoire du clan Ichinose nous est contée avec l'origine des tensions avec le clan Hiiragi et les raisons de la mise à l'écart des membres du clan Ichinose. Avec la nouvelle génération, les liens vont être bouleversés. Le clan Ichinose se mettra-t-il réellement au service de Kureto Hiiragi ? Quel est le lien avec la secte des cent nuits ? Y-a-t-il d'autres ennemis ? Glenn va devoir faire face à plusieurs obstacles et mettre sa vie en danger. De plus, il faut continuer les recherches sur son "démon"... 

Les personnages sont charismatiques. Nous sommes témoins du début d'une amitié entre plusieurs d'entre eux. Même si Glenn tente désespérément d'écarter Shinya, Mito et Norito, ceux-ci s'incrustent quand même. C'est amusant de les voir agir de cette façon surtout lorsque nous connaissons leur lien lorsqu'ils sont adultes. Glenn et Shinya vont mener une mission à deux et faire une rencontre avec un adversaire redoutable... Nous retrouvons également Shinoa enfant et nous entrapercevons le drame entourant Yûichirô, le héros de la série d'origine Seraph of the end... 

Pour les graphismes, le découpage de planches est efficace et c’est bien rythmé. Les combats et une course poursuite sont bien mis en scène. Les visages sont expressifs. La tension est bien palpable surtout lorsque Kureto ou Mahiru sont présents... 

Je vous conseille de lire le roman en parallèle car il est beaucoup plus complet évidemment. En tout cas, cette version manga l'adapte parfaitement et respecte bien le light-novel. Ce qui est vraiment bien et que ce spin-off consacré à Glenn complète bien l'histoire d'origine. Nous avons d'ailleurs déjà rencontré Yûichirô et Mickaël enfants. 

Vous l’aurez compris, je suis conquise par cette adaptation manga du roman. N’hésitez pas à la découvrir !

Note : 4/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 14 mars 2020.

Editeur

Kana

Merci aux Editions Kana pour cette lecture en service presse.