Yureka - T 7

Yureka T7

L’expédition vers le royaume des démons n’a même pas encore commencé que les problèmes surgissent entre les différents participants. Non seulement les diverses rivalités ne tardent pas à refaire surface entre les membres, mais en plus, les joueurs émérites comme Alpha, Laffa et Jean décident d’abandonner.

Avis

Il s’agit d’un tome de transition qui permet d’en apprendre davantage sur la vie des personnages secondaires avant le début de la bataille contre les démons.

Ainsi le premier chapitre est consacré à Wunha (Alpha) et à son cybercafé. Le deuxième chapitre, nous permet de découvrir Junsok (Low) pendant qu’il joue en ligne à Force Recon dans lequel il retrouve un de nos personnages principal de Lost Saga et nous faisons également connaissance avec un troisième joueur qui sera important plus tard dans l’intrigue principale. Le troisième chapitre, nous permet de découvrir la vie de Dabin (Laffa) et comment elle s’est lancée dans Lost Saga. Enfin, nous en apprenons davantage sur Muria (Munsuk). C’est intéressant de les voir en version IRL d’autant plus qu’ils ont souvent un caractère différent par rapport à leur personnage virtuel.

Les deux derniers chapitres nous replacent dans l’histoire principale du jeu en ligne. Pour l’instant il ne se passe pas encore grand-chose. Les membres sélectionnés à l’issu du tournoi en duo vont devoir se séparer pour partir à la recherche des deux entrées vers le monde des démons. Cela promet pour la suite d'autant plus que la collaboration entre certains joueurs est déjà mal partie...

J’ai apprécié les fiches descriptives des personnages au début de chaque chapitre. 

Les graphismes sont beaux et soignés. Le chara-design des personnages est plaisant. Le découpage des planches est efficace et les visages sont expressifs.

L'humour est bien dosé, c'est vraiment sympathique à lire.

Les prochains tomes seront certainement beaucoup plus riches en action !

Note : 3/5

Rédigé par Sylvie. Article mis en ligne le 9 avril 2020.

Editeur

meian

Merci aux Editions Meian pour cette lecture en service presse.